top of page
  • Photo du rédacteurADMIN

Accord Qualité de Vie au Travail

Suite aux propositions minimalistes et peu concrètes sur le terrain de la part de la Direction, la CFDT Picard ne sera pas signataire de l'Accord Qualité de Vie au Travail.


📌Que ça soit en Magasins,à l'Atelier ,à la Livraison à Domicile ou dans les Fonctions Supports les conditions de travail et les rémunérations ne sont pas aux rendez vous et ne permettent pas l'épanouissement des salariés.


👉Cela fait trop longtemps que les équipes attendent un déploiement massif des bacs auto-degivrants, des nouveaux rolls, de matériel et de moyens adéquates...

👉Systèmes informatiques obsolètes, conditions de lancements des nouveaux projets en mode dégradés sans réelles concertations avec les exécutants...

👉Après deux nouveaux concepts magasins en très peu de temps et de nombreuses alertes de notre part nous nous retrouvons avec des caisses sans tapis roulants ....

👉Le travail seul est toujours présent alors que les tâches et les services se multiplient.... etc etc etc

Bref le compte n'y est pas en terme de QVT !!!


Voici ci dessous la lettre envoyée à la direction pour expliquer notre point de vue:👇👇👇


"La Qualité de vie au travail doit selon nous passer obligatoirement par un épanouissement individuel et collectif des salariés de l’entreprise ainsi qu’une

amélioration permanente de toutes nos conditions de travail.


Seules ces conditions permettront l’amélioration des performances économiques de façon pérenne pour Picard.

Nous considérons qu’aujourd’hui le compte n’y est pas.


En effet, depuis l’intensification des nouveaux projets en corrélation avec la nouvelle stratégie nos conditions de vie au travail se dégradent encore plus, et surtout plus vite et que nous résumerions ainsi : "comment faire plus et plus vite

avec beaucoup moins..."


Le plan stratégique dit Proxima, sans doute nécessaire à certains égards et notamment aux retards accumulés liés aux LBO successifs, obère gravement nos capacités à améliorer toutes nos conditions de travail au quotidien.


En outre, les femmes et les hommes qui composent notre entreprise ne doivent pas être les grands oubliés du partage des richesses créées.


📌Nous réclamons donc :


Des salaires pour vivre dignement.


Des renforts immédiats et pérennes en moyens humains.


Des formations majoritairement en présentiel faisant preuve de pédagogie et qui s’assurent de l’atteinte du but recherché, à savoir un apprentissage qualifiant; des heures allouées (et non un forfait) et dédiées spécifiquement à

la formation ainsi qu’ au remplacement des personnels en formation même pour les modules en E Learning.


Respect des entretiens de développement et professionnel avec un débrief systématique et le recours au N+ 2 si nécessaire.


Totale transparence des choix managériaux et plus particulièrement en terme de recrutement, promotions et mutations et en finir avec le

clientélisme/favoritisme.


Mettre en place de vrais reclassements suite à l'inaptitude.


L’enveloppe budgétaire qui tend à réduire les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes doit être améliorée afin de faire disparaître rapidement ces inégalités.


Limiter le pourcentage d’alternants car les moyens suffisants ne sont pas alloués pour mener à bien cette mission.


Allouer des heures spécifiques et suffisantes pour les intégrations en CDI et en

CDD.


📌Notre questionnement sans réponse à ce jour :


Quel programme pour gommer le travail seul ?


Poste caisse ? non réglé malgré les alertes incessantes...


Restauration décente sur le lieu de travail ?


Bacs auto dégivrants sur l’ensemble du réseau ?


Nouveaux rolls sur toutes les plateformes ?


Informatique ? matériels obsolètes, fibre, etc....


Dérèglement climatique et son impact direct sur les conditions de travail ?


Le personnel magasin n’étant pas d’astreinte, mettre fin à la liste Sotel.


Droit à la déconnexion : cesser la mise en place de groupes WhatsApp et autres applications accessibles sur les smartphones perso en dehors des heures de travail.


Et l’on pourrait encore en rajouter avec des exemples concrets et journaliers.


Vous l’avez donc compris, nous ne signerons pas un accord qualité de vie au travail qui affiche sur le papier certaines dispositions positives mais dans

l’intention et pas vraiment dans le concret : cela reste insuffisant pour réellement améliorer le quotidien de toutes et tous."


Pour la section CFDT Picard


Laurent JEUDI

Délégué Syndical Central


45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page